• 1) Reconnu et admiré par un grand philosphe.

        

    Ciné et musique

     

    Plutarque ( vers 46 ap. J.-C., mort vers 125)

     

    « Si l’être divin qui avait envoyé ici-bas l’âme d’Alexandre ne l’avait pas rappelée si tôt, une loi unique régirait tous les hommes, qui porteraient leur regard vers la lumière commune d’une même justice. Au lieu de cela, une partie de la terre est restée sans soleil : celle qui n’a pas vu Alexandre »  Sur la fortune d’Alexandre, (I, 8) Plutarque.

     

    Plutarque, né à Chéronée en 46, mort à Thèbes en 120, est surtout célèbre pour ses Vies parallèles des hommes illustres, oeuvre qui a fait de lui le grand maître de la biographie comparée. En effet, dans cette oeuvre, il met toujours en parallèle un grand personnage de la Grèce et son homologue à Rome. C'est ainsi qu'il a placé César aux côtés d'Alexandre.

          Plutarque a écrit sur Alexandre dans le but de comparer sa vie à celle de César. Pour l’écriture de cette biographie, il a tenu compte d’une importante documentation aujourd’hui disparue : les œuvres d’auteurs, les lettres d’Alexandre, les journaux et les inscriptions qu’il cite. Il s’intéresse aux anecdotes pour mettre en valeur le caractère et la vertu d’Alexandre. Dans la biographie de ce dernier, Vie d’Alexandre, il résume seulement les évènements les plus hauts et les plus glorieux exploits, mais selon lui ce ne sont pas eux qui montrent le vice et la vertu de l’homme. Il laisse donc aux historiens le soin d’écrire les grandes batailles, les guerres et les autres évènements historiques pour que lui se préoccupe de mettre en évidence la « grandeur d’âme » et la vraie nature d’Alexandre Le Grand. C'est dans les premières pages de cette oeuvre, que Plutarque fait part du grand évènement qu'est l'origne d'Alexandre. Il introduit cet évènement par l'explication de la blessure à l'oeil de Phillipe II : "On ajoute qu'il perdit un de ses yeux, celui qu'il avait collé à la fente de la porte pour épier le dieu couché auprès de sa femme sous la forme d'un serpent. Olympias, d'après Eratosthène, découvrit au seul Alexandre, lorsqu'il partit pour son expédition, le secret de sa naissance et elle exhorta à montrer des sentiments dignes d'une telle origine.".


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :